Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 08:42



File:Fratelli Lumiere.jpg

                                              Auguste Lumière (1862/1954) et Louis Lumière 1864/1948)




Nous sommes, dès le début de la technique de la couleur, au sommet de l'art photographique . A contempler ces, personnages, ces objets, ces paysages dont la couleur, l'intensité et la vie furent captées par une mince couche de grains de fécule de pomme de terre, Lumière n'apparaît pas en prophète inspiré, mais en bienheureux de la photographie . Si cette façon de voir en harmonie, aiguë et pourtant chaleureuse était surtout un don du coeur et un talent d'adresse, elle était aussi solidaire d'un contexte professionnel et social .

 
 
sortie de l'usine Lumière à Lyon

Hommes de laboratoire, passionnés par la recherche et ses applications pratiques, les frères Lumière vivaient d'abord avec la science ; durant de longues heures, l'esprit concentré dans la réflexion et l'observation, ils appartenaient à un monde solitaire ; quand ils remontaient à la surface de la vie extérieure, ils jetaient sur elle un regard d'une fraîcheur dont les autochromes aujourd'hui encore témoignent . Pour eux, famille, amis, nature étaient une récréation du coeur, et le quotidien, banal pour certains, une fête .



 


le galop de Daisy-Muybridge

Ces hommes avaient le goût du bonheur, au contact de la vie, ils s'ouvraient comme des fleurs . En famille, ils aimaient les bons mots, les chansons, ils inventaient des farces ; Auguste était fier d'être membre de l'Association des illusionnistes et prestidigitateurs . Leurs petits-enfants gardaient le souvenir de grands-pères qui les faisait rire, de grands-pères complices qui entraient dans leurs jeux d'enfants et leur fabriquaient des lunettes magiques .




 Plaque mémoriale de la première prise
de vue des frères Lumière


Cette gaieté qui jaillissait en public était toujours leur compagne, mais une compagne silencieuse et discrète pendant les longues heures de réflexion et d'application qu'ils passaient dans leurs laboratoires ; le travailleur acharné que fut Louis Lumière, résumant sa vie pour un journaliste, dira : "Je me suis follement amusé..."
Les frères Lumière, autant que de grands savants, seront de très adroits façonniers, ce qui leur permettra d'accompagner leur découverte d'une créativité pratique, d'unir le concept et sa matérialisation ; pragmatisme qui était dans la ligne d'une tradition de pensée française longtemps fidèle à ses racines paysannes .
Les frères Lumières étaient d'origine très modeste . Le grand-père paternel était charron dans la petite ville d'Ormoy . Leur père Antoine, orphelin à quatorze ans, avait connu une jeunesse difficile ; d'abord peintre d'enseignes, il devint, avec la vogue de la daguerréotypie, photographe-portraitiste . Le procédé de reproduction donnait une trame souvent colorée et complétée par le pinceau de l'artiste - la pose plusieurs minutes retirant toute vie au visage .



Antoine Lumière (1840-1911)

Après un séjour à Paris durant lequel l'aquarelliste Constantin le prit sous sa tutelle, Antoine Lumière, à vingt ans, se maria et s'établit à Besançon, dans sa Franche-Comté natale . A la fin de la guerre de 1870, il s'installa à Lyon, rue de la Barre où il loua boutique ; Auguste avait huit ans, Louis six, leur soeur Jeanne venait de naître . La famille, quelques années plus tard, comptait trois filles et trois garçons et l'entreprise était prospère . Antoine Lumière était un personnage . Exubérant, généreux, passionné, il avait le goût de l'aventure, beaucoup de fantaisie et une certaine dose d'inconscience ; dans ses affaires, il se montra un créateur ambitieux et un administrateur négligeant ; entreprenant et léger, il côtoya des périls que l'application et le sérieux de ses enfants permirent d'éviter .
Le 18 décembre 1895, Antoine Lumière, présenta à Paris, dans le sous-sol du Grand Café, la première séance publique du cinématographe.
Ni Auguste ni Louis ne s'étaient déplacés ; ils faisaient confiance à la faconde et à l'enthousiasme communicatif de leur père qui avait monté toute l'affaire ; eux-mêmes étaient d'ailleurs peu désireux de voir commercialiser le cinématographe . Le succès vint très vite et fut immense . Antoine Lumière refusa de céder  l'entreprenant Méliès l'appareil de ses fils, mais, dans la cours truquée des brevets, d'autres plus adroits allaient s'emparer de ce jouet savant et en faire la plus grande industrie de distraction des hommes .





Antoine Lumière, dans la seconde partie de sa vie, avait renoué avec la passion de sa jeunesse ; la peinture . Cet amoureux de la vie, un peu assagi, réservait ses coups de coeur à la nature . Il voyageait à travers la France, posant son chevalet devant les plus beaux paysages et parfois s'éprenait de belles demeures qu'il achetait . Dans la grande maison qu'il avait fait construire à Monplaisir près de celle de ses fils, il recevait des peintres, ses compagnons de bohème d'autrefois . Même si l'art n'occupait pas dans la vie des frères Lumière une place aussi importante - encore que Louis ait pratiqué avec talent le dessin et le piano - ils furent influencés par cette ambiance . C'est peut-être là, en partie, l'explication de cette observation surprenante : presque chaque autochrome évoque le nom d'un grand peintre . Celui du "Pierrot" fait penser à un portrait de Corot ou de Bazille, la réunion de famille à certaines peintures de Degas ; la "petite fille lisant un livre" est un renoir . Et la jeune femme près de la rivière, comme celle assise au bord du chemin, semblent poser pour Monet .

 



cinématographe des frères Lumière (1895) 

 
Il y a dans chaque époque une atmosphère qui enveloppe les gens, et aussi la nature et les choses ; c'est la façon de les sentir et de les voir . N'est-il pas en même temps mystérieux et merveilleux que cette atmosphère impressionne non seulement l'oeil du peintre libre d'interpréter son sujet, mais , de façon presque identique, celui d'un appareil construit pour reproduire avec exactitude l'image qu'il reçoit ? On peut voir là le plus bel éloge de la sensibilité de la photographie .
Auguste et Louis ont fait toutes leurs études secondaires à Lyon, au collège technique de la Martinière, établissement à cette époque à peu près unique en son genre, car il s'efforçait de développer chez les élèves la curiosité, l'initiative et le raisonnement, et faisait une large place aux travaux pratiques, notamment en chimie et en phyqique . Louis en sortit major tandis qu'Auguste passait brillamment son baccalauréat et préparait l'Ecole polytechnique .
Des ennuis de santé dus à un évident surmenage obligèrent les jeunes gens à arrêter leurs études . D'ailleurs, l'entreprise familiale avait grand besoin d'eux . Depuis longtemps, en dehors des heures de classe et d'étude, ils aidaient comme toute la famille à enduire de collodion les plaques dont Antoine faisait grande consommation pour fixer le portrait de ses contemporains ; il fallait préparer les plaques quelques instants avant de les utiliser, car autrement, elles perdaient leur sensibilité . Ce travail fastidieux dura jusqu'à l'apparition des plaques sèches au gélatino-bromure d'argent commercialisées par le Belge Monckhoven ; le père et les fils réalisèrent immédiatement l'intérêt du nouveau procédé, mais ces plaques étaient coûteuses et d'une qualité irrégulière, Louis réussit à mettre au point une émulsion très sensible et pratiquement inaltérable, Auguste, revenu du service militaire, améliora encore cette technique et prit la tête de l'entreprise naissante que la gestion fantaisiste de son père avait compromise ; l'effort conjugué des deux jeunes gens allait mettre la photographie à la portée de tous les amateurs ; c'était de l'artisanat et la naissance d'une nouvelle industrie .




Louis Lumière a souvent confié à ses familiers que la plaque autochrome était l'enfant chéri de ses inventions ; s'il s'abstenait de faire allusion à la perfection technique qu'il avait obtenue, il déclarait que durant ces 7 années d'efforts continus, il avait été stimulé par le scepticisme que suscitaient les difficultés sans cesse renouvelées des problèmes qui se posaient . La plupart de autochromes reproduits dans cet ouvrage datent des toutes premières de l'invention (1906-1911) . Si Auguste fut étranger à sa mise au point, sa présence dans cet album n'en est pas moins réelle ; comme il passait volontiers derrière l'appareil et que les familles des deux frères vivaient dans la plus grande intimité, il est pratiquement impossible de savoir si tel ou tel autochrome est l'oeuvre de son frère ou de lui-même - ou d'un autre membre de la famille .

 



 Louis et Auguste Lumière n'ont jamais prétendu au génie scientifique . Comme ils l'ont dit eux-mêmes, la plupart des problèmes sur lesquels ils se sont penchés flottaient dans l'air de leur temps ; une curiosité, une obstination, une ingéniosité exceptionnelles leur permirent de recueillir les expériences et les résultats déjà acquis, de les compléter, de les faire progresser et finalement de mettre au point pour la première fois une solution pratique et satisfaisante .
La vigueur intellectuelle comme l'imagination et l'adresse technique des frères Lumière les placent à la tête de cette cohorte de savants, d'ingénieurs, d'artisans qui provoquèrent et accompagnèrent le grand essor industriel de la fin du XIX° siècle. Ils représentaient, scientifiquement d'ailleurs, deux esprits de nature très différente ; chez Louis Lumière, l'idée jaillissait, instinctive ; chez Louis Lumière, c'était au contraire une exploration raisonnée, méthodique et son cerveau classait les connaissances à la façon d'une machine électronique .
Ces images témoignent de la sensibilité et de la générosité des frères Lumière, elles témoignent aussi de la bonne conscience d'une classe entreprenante et optimiste qui croyait que le progrès technique améliorerait la société des hommes . 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by charlene59 - dans histoire
commenter cet article

commentaires

condor79 31/12/2009 08:22


Un bien bel article , bravo .
je repasserai de temps en temps voir les nouveautés.
Amitiés
condor79


Linda et Picasso ::0071::0079:: 30/12/2009 19:33


bonne et heureuse nouvelle année 2010


Embrun 30/12/2009 14:07


Un bel éclairage sur les frères Lumière...


Didier 30/12/2009 13:26


Magnifique article sur un sujet primordial qui maintenant rytme nos vies bravo et bonne année 2010
bisous
Didier


Ad'a 30/12/2009 12:47


Auguste et Louis
Fête de l'image
Fête des Lumières...
Ad'a


Profil

  • charlene59
  • Je fais des articles sur divers sujets qui m'inspirent : nature,histoire,écriture,musique (entre autres)

Rechercher

Archives

Pages