Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 09:12

 

 Grébifoulque d'Afrique (Podica senegalensis)

 

Le grébifoulque d'Afrique

 

 

 

"Rien dans les mains, rien dans les poches !" Voilà ce que ne pourrait pas dire un curieux oiseau des régions tropicales, le grébifoulque, car il a des poches . Et il y met ses jeunes... C'est un fait unique dans le monde des oiseaux . Pourquoi ce nom bizarre ? Tout simplement parce qu'il possède des pattes bordées de festons, comme les grèbes, palmipèdes plongeurs au plumage duveteux, et les foulques, sortes de grosses poules d'eau noirâtres . Mais le grébifoulque est seulement apparenté à ces dernières ; c'est en fait un râle plongeur, au plumage lustré, de la taille d'un pigeon, au cou allongé et à la queue arrondie . Il mène une existence discrète au bord des rivières aux rives couvertes de végétation . Son nid, sorte de plateforme de roseaux, est construit à faible hauteur . Le grébifoulque se pose en général sur des branches presque immergées : c'est un bon plongeur; qui vole souvent au ras de l'eau .

Il existe plusieurs espèces de grébifoulques, répandues en Amérique tropicale, en Afrique et dans le Sud-Est asiatique . Leurs moeurs sont si cachées qu'ils comptent au nombre des oiseaux les moins connus . Aussi n'est-il pas trop étonnant qu'une découverte aussi curieuse ait pu être faite sur l'espèce de grébifoulque qui habite le Mexique . C'est un oiseau au bec rouge et au plumage brun olive, avec une ligne blanche en arrière de l'oeil .

Un ornithologiste du nom de Miguel Alvarez Del Toro a épié cette espèce et il parvint à en trouver un nid contenant deux jeunes qui venaient d'éclore . A son approche, un des adultes, le mâle, s'envola et plongea dans la rivière toute proche . Le naturaliste, en arrivant au nid, eut la  surprise de constater qu'il était vide . Où donc étaient passés les jeunes? Le mâle regagna le nid . M . Del Toro braqua sur lui ses jumelles : deux petites têtes émergaient des plumes de l'oiseau, une de chaque côté ! L'ornithologiste ayant réussi à capturer l'adulte trouva la clé de l'énigme . Sous chaque aile, le grébifoulque possède un repli de peau qui forme une poche douillette où le jeune peut se réfugier en cas de danger . C'est un peu l'équivalent de la poche ventrale du kangourou . Seul, le mâle est pourvu de poches, la femelle n'en a pas : on se serait plutôt attendu au contraire !

Une telle façon de transporter les jeunes a été longtemps inconnue chez les oiseaux . Certains d'entre eux les promènent sur leur dos, les nandous par exemple, ou encore les grèbes, lorsqu'ils nagent sur un lac . La bécasse emporte parfois aussi ses poussins sur son dos, ou entres ses pattes, ou même dans son bec ! Mais gageons que si les jeunes oiseaux pouvaient choisir leur espèce à la naissance, tous voudraient être grébifoulques !

 

 

 

 

 

Tout l'univers 

Partager cet article

Repost 0
Published by charlene59 - dans animaux
commenter cet article

commentaires

Didier 14/04/2010 09:00


Une originalité dans cet oiseau au demeurant très beau
merci pour ce très bel article très pédagogique
belle journée
Didier


delphineB 13/04/2010 11:53


Article très intéressant sur cet oiseau au nom bizarre. Cet aricle irait bien dans la communauté bi-eau-diversité http://www.over-blog.com/com-1144847814/Bieaudiversite.html


Profil

  • charlene59
  • Je fais des articles sur divers sujets qui m'inspirent : nature,histoire,écriture,musique (entre autres)

Rechercher

Archives

Pages