Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 14:27

  Fichier:Queen Victoria 1887.jpg 



                                                                                     La reine Victoria 


La Victoria d'Anka porte en sous-titre : Portrait de la reine en jeune fille triste, en épouse comblée, en souveraine triomphante, en mère castratrice, en veuve abusive, en douairière misanthrope et en grand-mère de l'Europe . Programme rigoureusement tenu, avec preuves à l'appui, des documents encore inédits en France, le Journal et la correspondance familiale de la Reine . En deux cents pages qu'on lit d'une traite, Anka Muhlstein - à qui l'on devait déjà La femme Soleil et Par les yeux de Marcel Proust - réussit à imposer une Victoria aussi inattendue que possible puisqu'elle n'est jamais.......victorienne, jamais conforme à sa légende, plus égoïste qu'un Louis XV dans la poursuite de ses bons plaisirs . Statufiée de son vivant, Victoria refusera résolument de jouer son rôle de statue et descendra de son piédestal autant de fois qu'elle en aura envie .

Née en 1819, morte en 1901, Victoria fermera les yeux juste avant le déluge : la révolution russe et la grande guerre .Mais avant d'en arriver là, que de métamorphoses....
Jeune fille triste, tenue à l'écart de la cour par sa duchesse de mère, Victoria a de quoi être triste : " Quoi que je fisse, j'étais toujours grondée", confiera, plus tard, cette Cendrillon de Kensington . Heureusement son bon oncle Léopold, roi des Belges, est là qui prodigue conseils et consolations . Et puis, le 20 juin 1837, à six heures du matin, l'archevêque de Canterbury et Lord Chamberlain annoncent à Victoria le début de son règne . Elle a jeté un châle sur sa chemise de nuit . Victoria en chemise de nuit !


Fichier:Melville - Queen Victoria.jpg



Epouse comblée :

Victoria a peur du mariage, mais elle est tellement sensible à la beauté masculine que sa peur est vite vaincue par la beauté du prince Albert, par "cette bouche si jolie avec ses fines moustaches, cette superbe silhouette, épaules larges et taille fine", note cette petite ogresse gourmande . Le lendemain de son mariage, Victoria annonce à son ministre, Lord Melbourne, dans un billet, "Nuit déconcertante et exquise" . L'exquis l'aura, largement, emporté sur le déconcertant . Le couple va offrir, pendant des années, le spectacle de la plus conjugale des félicités .
Souveraine triomphante, Louis-Philippe d'abord, Napoléon III ensuite, tous les souverains viendront tour à tour s'incliner devant la reine et chanter ses vertus . En femme vertueuse, Victoria ne manquera pas d'être particulièrement séduite par "le côté aventurier" du Bonaparte . Elle écrit à son vieux conseiller Stockmar : " Pour l 'empereur , J'ai conçu personnellement  une réelle amitié et une véritable affection .....Le prince Albert, quoique moins enthousiaste que moi, partage mes sentiments" Et pendant ce temps la force de Angleterre ne cesse de croître augmentant la gloire de Victoria .

Veuve abusive :
Le 14 décembre 1861, le prince Albert meurt . "Ma vie de bonheur est terminée . Le monde a disparu pour moi" écrit  Victoria à son oncle Léopold . Aucune consolation, évidemment, à attendre des enfants . Le Prince de Galles, le futur Edouard VII, " est si différent de son père que c'est est une croix" .
Pour oublier cette croix et les autres, Victoria se change en veuve de Windsor qui sera  un modèle pour les veuves de son temps . Crêpe éternel et culte rigoureux des anniversaires . Et malheur à qui les oublie, ces anniversaires . L'une des filles, Vicky, n'a-t-elle pas osé passer le 14 décembre 1862 en train ? La fureur de Victoria ne se fait pas attendre : "Aujourd'hui même, je n'arrrive pas à le croire . J'aurais cru que tu aurais préféré demeurer dans l'auberge la plus modeste et la plus retirée à prier Dieu de soutenir ta pauvre mère au coeur déchiré...."

Douairière misanthrope . Le "coeur déchiré" ne tardera pas à s'offrir quelques consolations, voyages dans le Midi de la France, séjours de plus en plus prolongés en Ecosse, loin de la Cour, en compagnie de son fidèle John Brown, " Si simple, si intelligent, si peu comme un domestique ordinaire" .

On jase, on va même jusqu'à parler d'un mariage secret . Victoria s'en indigne, sans changer sa conduite . Brown, à sa mort, sera remplacé par un Hindou, Abdul Karim . On jase de plus belle . Victoria s'en moque et veille personnellement sur le régime de son favori qui est végétarien . Honni soit qui mal y pense .

TRENTE-CINQ PETITS ENFANTS

Grand-mère de L'Europe . Victoria ne compte pas moins de trente-cinq petits enfants parmi lesquels l'empereur d'Allemagne, l'impératrice de Russie, les Reines de Grèce, de Norvège et de Roumanie...Les affaires de l'Europe sont des affaires de famille, donc les siennes, "Jusqu'à la fin, Victoria profita de sa qualité d'aïeule pour reprendre ce gamin d'empereur", commente Anka Muhlstein . Le gamin, c'est le Kaiser Guillaume II .
Impérieuse, fascinante Victoria, dont le règne s'achève dans la plus complète de gloires et devant qui l'on ose enfin, en 1892, représenter Carmen . "Je crains bien que cette Carmen ne soit pa une très gentille personne", s'exclama-t-elle ravie par tant d'ardeurs gitanes . Une Carmen dormait-elle au fond du coeur de Victoria ?


 

Partager cet article

Repost 0
Published by charlene59 - dans histoire
commenter cet article

commentaires

geo 16/01/2010 22:57


bonsoir Charlene...
merci après la cuisine....pour le ventre..
l'histoire pour....l'esprit..
sympa..
amicalement


Profil

  • charlene59
  • Je fais des articles sur divers sujets qui m'inspirent : nature,histoire,écriture,musique (entre autres)

Rechercher

Archives

Pages